Légendes - Pedro Miguel Pauleta (partie 1)

L'histoire de Pauleta aux Girondins

LéGENDES - Tuesday, March 24, 2020 - 17:00

girondins.com revient aujourd'hui sur le passage au club du sérial buteur portugais, qui a marqué l'histoire des Girondins de Bordeaux.

Pauleta, le buteur-né

Pedro Miguel Carreiro Resendes est aujourd’hui bien connu en France. Mais à l’époque, lorsque ce joueur arrive dans le championnat de Division 1, il ne l’est pratiquement pas du grand public. Mais alors, qui est donc ce garçon débarqué du R.C. Deportivo La Corogne, champion d’Espagne en titre et dont le patronyme est « Pauleta », en référence à sa grand-mère ? Et attaquant de pointe non titulaire avec le club galicien, mais pourtant international…

Un Portugais qui se pointe en Gironde lors du dernier jour du marché des transferts (31 août), et dont la signature est enregistrée dans les ultimes minutes de la période autorisée… Bref, c’est qui « Lui » ? Lui, c’est en réalité un phénomène que vont découvrir très rapidement les amoureux du club au scapulaire. Et pas qu’eux, d’ailleurs, puisque dès les jours suivant son arrivée au Haillan, ce sont les adversaires des champions de France en 1999 qui vont en faire l’amère connaissance…

pauleta_15.jpg

Une proposition dans l’urgence

Mais Pauleta, natif des Açores et âgé de 27 ans, est un redoutable avant-centre, chasseur de but, ou « renard » des surfaces, comme l’on dit. Ça, lui le sait ; nous, dans l’Hexagone, un peu moins, donc. Passé par des clubs amateurs, puis par d’autres dits de « seconde zone », en professionnels (au Portugal et en Espagne), il est mécontent du faible temps de jeu que lui offre son coach, Javier Irureta (Iruretagoyena Amiano), élu « meilleur entraîneur de l’année » en 1999-2000, de l’autre côté des Pyrénées. Trop difficile à supporter, la concurrence avec l’international Néerlandais Roy Makaay, ou l’Espagnol (et futur international) Diego Tristán – qui inscrivent but sur but – pousse l’intéressé à étudier dans l’urgence la proposition des Girondins de Bordeaux, et de Charles Camporro, directeur sportif, qui garde un œil sur le « vivier » potentiel que représente la péninsule ibérique. Habitué aux bons coups en matière de recrutement (notamment en Amérique du Sud, avec les venues de Márcio Santos, Celso Valdeir, Paulo Gralak, Ricardinho, etc.), ce dernier marque de son empreinte un « deal » qui va s’avérer être l’une des plus belles réussites du club. Car Pauleta a faim. Faim de ballon, de jeu, de but, de revanche. Voire de reconnaissance.

pauleta_13.jpg

Marine et Blanc, magazine officiel du club (numéro 25), insère dans ses pages un encart informatif de dernière minute, titré « D’extrême justesse » ! Dans son contenu, on lit : « Jeudi 31 août à 23h59, les transferts étaient clos aux yeux de l’UEFA et de la LNF. Les Girondins ont dû attendre la toute dernière minute pour enrôler la recrue attendue (…). Pauleta, de nationalité portugaise (…), mesure 1m80 pour 76 kg. Vif, adroit des deux pieds et très mobile (en caractères gras dans le texte, NDLR), il nous vient du Deportivo La Corogne où il a évolué lors des deux précédentes saisons. L’international portugais a fréquenté les clubs d’Estoril et de Salamanque. Il a disputé 92 matches de Liga et marqué 33 buts en 4 ans. Pauleta est un élément-clé de la sélection portugaise avec laquelle il compte 20 sélections (7 buts) depuis 1997. Présent à l’Euro 2000, il était titulaire lors de la victoire du Portugal face à l’Allemagne (3-0/Dernier match du Groupe A). Pauleta est un joueur qui va faire parler de lui ! » (En gras, de nouveau, NDLR). Bien vu…

pauleta_18.jpg

Pedro se remémore, en 2014, pour Girondins Mag et dans un salon cossu de Lescure, la façon dont cela s’est passé. « À l’époque, c’était Charles Camporro le directeur sportif, et j’ai dit oui tout de suite, parce que je voulais changer d’endroit. Et Bordeaux… Bordeaux, c’est un club que tout le monde connaît, un grand club, et le choix s’est fait. C’était facile… Certes, j’avais un club italien, un espagnol et Benfica, qui étaient intéressés, me semble-t-il, mais j’avais envie de connaître un autre pays, un autre club, et ce fut Bordeaux : un choix évident. » 

A demain pour la deuxième partie !